Des briques capables de stocker l'électricité

Publié le 24/08/2020 | J&P

L’électricité d’origine renouvelable est aujourd’hui majoritairement intermittente et aléatoire. De ce fait, trouver des solutions de stockage de l’électricité est un enjeu essentiel de la transition énergétique.

Sans développement à grande échelle de technologies de stockage viables, le recours à des énergies nucléaires ou fossiles en parallèle parait inévitable. C’est la raison pour laquelle la recherche s’oriente vers l’utilisation de batteries ou encore de l’hydrogène vert. 

Des chercheurs de l’Université de Washington à Saint-Louis dans le Missouri sont eux parvenus à créer une brique capable d’emmagasiner et de restituer une petite quantité d’électricité. 

Le procédé s’appuie sur un composé se trouvant dans les briques utilisées pour la construction : l’hématite. Cet oxyde de fer est présent dans les supercondensateurs, des composants électroniques capables de stocker de l’énergie. Les chercheurs ont ajouté un polymère conducteur à la surface poreuse des briques, qui se comportent alors comme un supercondensateur grâce à une réaction chimique au contact de l’hématite. Pour l’instant, cette technologie a été capable d’alimenter une lampe de bureau LED pendant près d’une heure grâce à une cinquantaine de ces briques. 

L’avantage de ces briques est leur durée de vie, puisqu’elles sont capables d’encaisser plus de 10 000 cycles de charge/décharge, et le procédé fonctionne aussi bien à partir de briques neuves que de briques recyclées.

De plus, ces supercondensateurs ne stockent pas l’électricité sous forme chimique comme les batteries. Ainsi, par rapport à ces dernières, la dégradation des supercondensateurs au fil du temps est moindre. Ils sont également moins consommateurs de métaux ! Enfin, ces supercondensateurs se chargent très vite, même si leur capacité de stockage reste limitée et qu’ils se déchargent plutôt rapidement. 

A terme, la technologie pourra être utilisée dans des maisons possédant des panneaux solaires afin de résoudre le problème de l’intermittence. Des discussions seraient déjà en cours afin de commercialiser les briques, qui nécessitent toutefois une amélioration de leur leur rendement et de leur capacité.

Source:   www.mediaterre.org

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.