Un écoquartier à Saint-Cyr-en-Val

Publié le 08/12/2019 | J&P Mag

France

La démarche écoquartier se veut une réponse aux défis du développement durable. Selon la définition donnée en 1987, « le développement durable répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Il doit être à la fois économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable ».

Si on y réfléchit bien « développement durable » peut être considéré par les uns comme un pléonasme et pour les autres comme un oxymore.

Le concept d’écoquartier

La notion de quartier est-elle compatible avec celle de développement durable ? Par définition, le quartier est un isolat alors que la notion de ville durable n’est pas conçue avec des frontières. Le concept d’écoquartier est né dans les années 2000 en Europe du Nord. En 2008, l’état français s’empare du concept et il le formalise en 2010 dans l’article 7 de la loi Grenelle 2. Sa définition est vague : « L’écoquartier vise à favoriser l’émergence dune nouvelle façon de concevoir, construire et gérer la ville ».

Le concept s’appuie sur une charte de 20 engagements classés en 4 catégories :

  • Démarche et Processus
  • Cadre de vie et usages
  • Développement territorial
  • Ressources et climat.

Parmi les engagements, on peut noter, entre autres : « Travailler en priorité sur la ville existante, valoriser le patrimoine local (naturel et bâti), préserver et valoriser la biodiversité, les sols et les milieux naturels ». On peut comprendre ainsi que la plupart des écoquartiers se font sur  l’emplacement de friches industrielles ou bien en restructurant un quartier déjà existant.

Le projet sur le domaine public de Morchêne

La commune de Saint-Cyr-en-Val, 3291 habitants, a la chance de posséder le domaine public de Morchêne, 66 ha, riche en biodiversité et très fréquenté.

Un espace résidentiel de 259 logements, appelé ZAC de la Croix des Vallées devrait investir ce lieu de détente et l’amputer de 24,5 ha. À cause d’une information municipale tronquée et partisane, un bon nombre de Saint-Cyriens n’ont pas réellement appréhendé l’importance des dégâts irréparables de défrichement et de déboisement occasionnés à l’un des plus beaux parcs de la métropole orléanaise. Et c’est ainsi que fin 2018, l’Enquête d’utilité publique ne recueille l’avis que d’un seul contributeur.

La mobilisation

  • Mi-janvier 2019, un Collectif d’habitants se mobilise et une pétition contre le projet est signée par 370 personnes dont 321 Saint-Cyriens. Quelque temps après, l’association Vivre Harmonieusement entre Val et Sologne (VHVS 45) est créée. Son but est de veiller au maintien d’une vie harmonieuse dans un environnement de qualité.
  • Mai 2019, le préfet du Loiret délivre l’autorisation environnementale.
  • Début juin, l’association VHVS 45 recueille, en très peu de temps, 688 signatures d’électeurs saint-cyriens afin de demander une consultation locale à propos de la ZAC de la Croix des Vallé
  • Le 24 juin 2019, le Conseil municipal de Saint-Cyr-en-Val rejette cette demande à l’unanimité. Pourtant, la démocratie participative est un vœu de longue date d’une bonne partie des Franç Dans ce cas précis, ce refus est d’autant plus irrespectueux qu’un des souhaits des pionniers du concept d’écoquartier est la participation citoyenne bien en amont de la construction.
  • En juillet 2019, devant l’absence de dialogue, l’association VHVS 45 ( http://www.vhvs45.fr/ ), forte de ses 330 adhérents, dépose un recours devant le tribunal administratif…

Comment comprendre qu’on puisse envisager de construire un écoquartier dans un lieu riche en biodiversité, propre à apporter de la sérénité à la population environnante ? Il est à signaler que Monsieur le Maire de la commune est vice-président à l’environnement de la Métropole d’Orléans et qu’il est, de plus, le référent «Environnement du Conseil Départemental du Loiret » !

À signaler que l’on retrouve la ZAC de la Croix des Vallées dans la carte des luttes contre les grands projets inutiles (https://reporterre.net/La-carte-des-luttes-contre-les-grands-projets-inutiles ). Les écoquartiers ne doivent-ils être que des opérations propres à promouvoir le peu de penchant écologique d’une partie de nos politiques afin de favoriser leur carrière ? On peut se demander à l’aune de ce dossier si « ces ilots écologiques ne sont pas un cache misère dun étalement urbain incontrôlé ». (Olivier Starquit – Les éco-quartiers : une fausse bonne idée).

Nous voulons une ville qui permette à tous de vivre dans de bonnes conditions, en harmonie, tout en préservant une planète vivable.

 

Source:  www.magcentre.fr

J&P Mag


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.