Burkina Faso/Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans

Publié le 22/11/2020 | La rédaction

Burkina Faso

La coalition nationale contre le mariage d’enfants au Burkina Faso (CONAMEB) a animé, vendredi 20 novembre 2020 à Ouagadougou, une conférence de presse sur l’urgence de la révision du code des personnes et de la famille au Burkina. Cela, en vue de fixer l’âge légal du mariage à 18 ans afin de faire bénéficier aux enfants un environnement propice à leur survie et à leur protection.

Attirer l’attention des futurs dirigeants du Burkina sur l’urgence de la révision du code des personnes et de la famille, ce jour spécial marquant la fin de la campagne électorale et la célébration du 31e anniversaire de la convention internationale relative aux droits de l’enfant. C’était l’objectif visé par cette conférence de presse animée, ce vendredi 20 novembre 2020, par la coalition nationale contre le mariage d’enfants au Burkina Faso (CONAMEB), composée de plus de 70 associations et ONG nationales et internationales.

Selon eux, la question de la révision du code des personnes et de la famille est plus qu’une urgence au Burkina, parce que le code actuel stipule que la jeune fille peut se marier à l’âge de 17 ans avec même la possibilité de le faire à 15 ans dans certaines circonstances sur autorisation du juge. « Et ce, malgré que tous les traités et conventions interdisent le mariage d’enfants, certaines dispositions des lois du pays continuent de contredire les engagements pris par l’Etat lors de la ratification des traités et conventions sapant les nombreux défis qui ont été faits », a dévoilé la coordinatrice de la coalition, Eulalie Yerbanga.

Tout en soulignant que les chiffres sont toujours alarmants car 10% des femmes ont été mariées avant l’âge de 15 ans et 52%, soit 1 femme sur 2, avant l’âge de 18 ans, selon une étude réalisée par l’UNICEF en 2014. Ce qui place le Burkina parmi les pays où la prévalence du mariage des enfants est encore très élevée, souligne Mme Yerbanga.

Accorder une attention intense à la problématique du mariage d’enfants
C’est pourquoi, depuis sa création, la coalition a, selon Eulalie Yerbanga, posé des actions de plaidoyer visant la relecture du code des personnes et de la famille en vue de relever l’âge de mariage à 18 ans afin que la question du mariage d’enfants soit traitée depuis sa racine à travers les textes juridiques et administratifs en la matière. Ce qui a conduit à un avant-projet de loi portant code des personnes et de la famille mais qui traine à connaître une adoption définitive même si plusieurs efforts sont à saluer.

« Le moment des élections couplées semble être opportun pour la CONAMEB pour attirer l’attention des différents candidats et leur rappeler que les préoccupations spécifiques des enfants devraient trouver une place de choix dans leurs programmes et engagements politiques pour permettre aux enfants du Burkina de toujours bénéficier d’un meilleur environnement propice à leur survie, éducation et leur protection », ont fait savoir les organisateurs.

Cette conférence de presse a été aussi une tribune pour la coalition d’appeler le futur gouvernement à boucler le dossier de révision du code des personnes et de la famille en fixant l’âge de mariage à 18 ans pour les filles et les garçons. Outre cela, il faudrait également ajouter une attention intense à la problématique d’enfants en tant que question centrale des droits de l’enfant, tout en traduisant en actions concrètes visant à améliorer de manière tangible la vie des filles au Burkina.

Le dernier volet, c’est aussi l’appel à mettre en place un budget conséquent dans tous les ministères concernés pour booster la mise en œuvre de la stratégie nationale pour la fin du mariage et la promotion d’autres droits de l’enfant au Burkina.

Source:    lefaso.net


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.