France/Culture : la région Centre-Val de Loire débloque un fonds d'urgence d'1 million d'euros

Publié le 14/09/2020 | J&P

France

En complément de plusieurs autres aides et dispositifs, la région donne un dernier coup de collier pour soutenir les acteurs de l'art, de la culture et du patrimoine.

"La culture est ce qui établit des liens d'émotion, de solidarité et de mieux-être entre nous tous. C'est ce qui nous permet d'inventer demain au coeur de la crise. Une crise sans culture, c'est une crise aggravée" revendique François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire. 

En plus des nombreux dispositifs déjà mis en place, comme la création d'un "prêt rebond" ou le maintien des aides promises à l'organisation d'un événement même en cas d'annulation, la région a annoncé le 8 septembre la création d'un fonds d'urgence d'un million d'euros, qui sera mis à disposition du monde de l'art, de la culture et du patrimoine.

"Nous allons avoir un dialogue de gestion avec chaque structure qui nous dirait que, malgré notre engagement et celui des collectivités, elle se trouve en grande précarité et en risque de mettre la clé sous la porte, explique l'élu. Par exemple, ça peut être lié à des charges fixes assez lourdes, ou un endettement significatif que son activité, en baisse, n'a pas pu rembourser. On est à livre ouvert : c'est quoi votre situation comptable ? Votre exercice d'aujourd'hui ? Vos projets de demain ?"
 

Grosses et petites structures à égalité


Avec un engagement moyen de 2000 euros par sollicitation, la région estime ainsi pouvoir venir en aide à 500 structures. Mais ce fonctionnement au prorata des besoins fait craindre un effet pervers : les grosses structures aux frais gourmands viendraient-elles siphonner le budget au détriment des acteurs plus modestes, ou plus ruraux ? 

"Je partage cette mise en garde. Je suis plus d'une fois par mois en visio-conférence avec les représentants des grosses et des petites structures, de tous les secteurs. Et cette question est arrivée très vite, reconnaît sans mal le président. Notre axe de travail est lié à la nature des difficultés. On peut être une grosse structure et avoir une nature d'activité qui expose moins aux effets de la crise. On est très attentifs aux petites structures.

À ce sujet, la rédaction vous recommande

 

Dans cette région, nous avons près de 80 PACT, c'est pour l'essentiel la culture pour tous et dans la ruralité. C'est plus de 1500 événements par an donc oui, mille fois oui, il faut aussi regarder les structures fines d'animation culturelle du territoire, qui sont souvent fragiles."
 

"Des territoires redeviennent attractifs"


D'autant qu'à travers l'animation culturelle, c'est toute la qualité de vie dans les territoires ruraux qui est en jeu. Et le moment est charnière. "A un moment où avec le télétravail on parle du retour de la vie dans la ruralité, les engagements sur l'irrigation culturelle sont à tenir . J'y crois très fortement, on ne vit pas de la même manière dans un désert culturel. On ne pourra pas vivre qu'avec des métropoles-mondes. Des territoires qui ne l'étaient plus redeviennent attractifs, et la culture a une place majeure à tenir là-dedans."

François Bonneau va même plus loin : "Il n'y aura pas de redémarrage social, pas de redémarrage économique, pas d'attractivité de notre région sans offre culturelle."

Source:    france3-regions.francetvinfo.fr

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.