France/Marne. Le musée de la moto de Montmirail a fermé définitivement ses portes

Publié le 02/08/2020 | J&P

France

Grande déception pour les amateurs de deux-roues, le musée créé et dirigé par Michel Lebœuf depuis des années ne rouvrira pas. Retour sur une histoire passionnante.

Les observateurs l’auront remarqué en passant dans la rue Notre-Dame de Montmirail : le panneau indiquant l’emplacement du musée de la moto a été retiré. Sonnant à la porte on n’obtient plus de réponse. Seuls les voisins viennent renseigner : « Michel Lebœuf n’habite plus ici ! »

Fin d’une grande époque

C’est la fin d’une grande époque, celle où cette rue Notre-Dame voyait des motos nombreuses se garer pour venir admirer les machines collectionnées et bichonnées par Michel Lebœuf dans ce qu’il convient d’appeler un « sanctuaire mécanique ».

Patrimoine extraordinaire

Entrant dans ce musée pas comme les autres, on passait dans une allée avec tapis rouge entre les machines installées militairement en ordre serré pointant leur roue avant vers le visiteur.

Chaque moto était ornée d’un panneau expliquant son âge et son histoire. On faisait un bond dans le temps à chaque moto.

Le visiteur se souvient de ces motos venues de tous pays du globe, de ces machines dont chacun pouvait dire : « J’en ai eu une comme ça » ou « Mon père en avait une ».

C’était aussi un moment d’émerveillement devant des motos uniques comme celle de la Police ayant escorté les présidents de la République depuis le temps du Général de Gaulle et même avant.

C’était un moment d’admiration devant une moto BMW side-car de 1943 abandonnée par les Allemands lors de la débâcle en 1944 et qui s’est retrouvée dans le musée de Michel Lebœuf.

« Tu n’auras pas de moto »

Paradoxalement, Gaston, le papa de Michel lui avait dit à la fin des années 40 : « Tu n’auras jamais de moto ». Michel avait 16 ans et s’avoue lui-même un peu « chien fou ». Pourtant pas loin de 80 ans plus tard, ce n’est pas une moto que détient le retraité mais 74 !

Gaston n’a pas été obéi à la lettre, mais Michel aura réussi à devenir un nonagénaire tout en ayant été motocycliste toute sa vie. Les deux hommes avaient raison.

Collection impressionnante

Michel Lebœuf n’a pas seulement le mérite d’avoir exposé ces belles machines pendant des années. Il a surtout le mérite d’avoir sauvé des reliques de la casse avant destruction. Réparant, restaurant, il a donné du temps, de l’argent et une masse d’amour pour ces bécanes qui seraient perdus pour toujours sans lui.

C’est un patrimoine sauvegardé pour lequel Michel Lebœuf mérite bien plus qu’une simple tape sur l’épaule. Grâce à lui, on pouvait admirer une « Motobécane » 175 cm3 de 1924 ou ce side-car de 1943. Grâce à lui, chaque moto est en état de fonctionnement et peut rouler ce qui est une prouesse.

L’âge empêche la continuation de l’œuvre

Pourtant depuis quelque temps, les portes du musée sont fermées et n’ouvriront plus. Michel Lebœuf né en 1931 va souffler ses 90 bougies et la vie change avec les années. L’homme a tant donné et doit désormais se consacrer à lui-même, à sa santé et à sa retraite ô combien tardive.

Montmirail perd l’un de ses musées et cette perte est une catastrophe.

On peut espérer le maintien de la collection à Montmirail avec une reprise par des collectionneurs, mais les motos quitteront certainement la ville et ce sera un déchirement pour ces motards qui étaient devenus des habitués de ce musée. Un déchirement également pour ces touristes qui pouvaient venir flâner dans cette rue parallèle aux avenues de la Rochefoucauld. La perte d’un patrimoine qui aurait dû demeurer à Montmirail.

On se souvient de l’humour de cet homme jamais à court de blagues, portant la jovialité sur son visage et avec lesquels on découvrait non seulement un magnifique musée, mais un homme merveilleux :

« Oh ! », nous apostrophe-t-il en plaisantant, se plaçant entre deux motos anciennes, « les motos ne sont pas les seules pièces de musées. Je ne suis plus tout jeune non plus ! »

Souhaitons une bonne retraite à Michel Lebœuf et bientôt un joyeux anniversaire pour ses 90 ans.

Source:    actu.fr

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.