Suisse/Coronavirus: l’OFSP recommande aux cantons de rendre obligatoire le port du masque dans les commerces

Publié le 31/07/2020 | J&P

Suisse

Lors d’une conférence de presse jeudi après-midi, l’OFSP a recommandé à tous les cantons de rendre obligatoire le port du masque dans les commerces. Cette annonce fait suite à la hausse des contaminations dans le pays. Ce matin, l’OFSP a annoncé plus de 200 nouvelles infections.

Face à la «nette augmentation» des cas et des personnes testées positives au nouveau Coronavirus, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) souhaite des mesures harmonisées au niveau des cantons. «La situation est sérieuse», a déclaré jeudi le directeur de l’OFSP Pascal Strupler.

La barre des 200 nouveaux cas journaliers a été franchie pour la première fois depuis le 23 avril, ce qui marque «un changement de tendance», a ajouté le responsable, qui s’est entretenu ce même jour avec les directeurs cantonaux de la santé. Des solutions sont recherchées.

Les chiffres doivent impérativement baisser et il faut des mesures harmonisées et compréhensibles par la population, selon M. Strupler. Parmi celles-ci, il a évoqué le port du masque dans les magasins, voire dans tous les lieux publics, le contrôle obligatoire des données des clients dans les, bars, clubs et restaurants, ainsi qu’une limite de 100 personnes dans ces mêmes locaux.

«Nous ne sommes pas dans une situation post-corona», a encore dit le directeur: «Il y a une nécessité d’agir, et il faut se préparer à le faire sur le long terme».

Différences entre cantons normales

Pour le président de la faîtière des médecins cantonaux Rudolf Hauri, il est normal que les mesures ne soient pas uniformes dans tous les cantons, qui sont confrontés à des situations différentes.

Les réglementations cantonales divergentes n’ont pour l’instant posé aucun problème, estime pour sa part Lukas Engelberger, président de la CDS et directeur de la santé de Bâle-Ville, dans un communiqué du Comité directeur de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Ce dernier tire un bilan positif des premières semaines au cours desquelles les cantons ont repris la responsabilité de la plupart des mesures de lutte contre le Covid-19. L’échange entre cantons fonctionne bien.

Pas plus de 1000 personnes

Les grandes manifestations suscitent l’inquiétude. La majorité des cantons sont en faveur d’une prolongation de l’interdiction des manifestations comptant plus de 1000 personnes, au moins jusqu’à la fin de l’année. Actuellement, l’interdiction vaut au moins jusqu’au 31 août.

Les cantons ne sont en outre pas encore satisfaits de la qualité des échantillons de données relatives aux passagers des vols et des cars entrant en Suisse qu’ils reçoivent. La rapidité de leur livraison laisse aussi à désirer.

9000 personnes en quarantaine

Responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l’OFSP, Patrick Mathys a précisé qu’actuellement, environ 10% des infections ont été contractées à l’étranger. Quelque 9000 personnes de retour de pays à risque sont en quarantaine, a ajouté le responsable, ce qui montre que ces voyageurs ont conscience des risques et de leurs responsabilités.

L’OFSP est toutefois conscient que certaines personnes ne s’en tiennent pas aux règles, et les contrôles se poursuivent. Car la situation s’aggrave, a souligné M. Mathys: le taux de résultats positifs aux tests est passé de 0,4% à 2,6% entre la semaine 25 et la semaine 30. Il est actuellement de 3%.

Rudolf Hauri a souligné qu’une amende de 10’000 francs menaçait les personnes de retour de voyage qui ne respectent pas le devoir de s’annoncer aux autorités. «Je sais que plusieurs cantons ont émis des plaintes» en ce sens, a-t-il relevé.

Pour le président de la faîtière des médecins cantonaux, les cantons restent en mesure d’assurer le traçage des contacts de personnes testées positives au Covid-19. Les capacités sont adaptées en fonction de l’augmentation des cas. Le dispositif pourrait toutefois atteindre ses limites en cas d’augmentation massive des nouvelles infections.

Tests pas probants

«Après mûre réflexion», l’OFSP a décidé de renoncer pour l’instant à introduire des tests à l’arrivée dans les aéroports. A un stade précoce de l’infection, ce qui est le cas de nombreux voyageurs, le résultat des tests serait vraisemblablement négatif.

«C’est une question de proportionnalité, et nous n’avons pas de preuves que cela serait utile», selon M. Mathys. La liste des pays à risque sera actualisé sur un rythme mensuel, a-t-il conclu, brossant au passage un tableau peu réjouissant de la situation internationale.

Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a pour sa part annoncé que les personnes d’Etats tiers dont le partenaire de vie réside en Suisse pourront entrer sur le territoire dès le 3 août. Elles devront toutefois prouver leur relation.

Source:    www.lenouvelliste.ch

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.