Belgique/Les rues "réservées au jeu", une petite alternative pour les Bruxellois privés de vacances

Publié le 31/07/2020 | J&P

Belgique

Installer un filet de badminton ou un jeu de Molki dans la rue, sans redouter les coups de klaxons rageurs des automobilistes, c’est un peu la promesse des "rues réservées au jeu". En région bruxelloise, plusieurs communes, dont Forest et Bruxelles-ville, ont encouragé la formule cette année. Une manière de rassurer les habitants : "non, les mois d’été ne s’étireront pas forcément devant des écrans".

En ce dernier dimanche de juillet, le temps est un peu tristounet sur le centre de Bruxelles. Dans la rue de Flandre, les panneaux indiquent que la circulation y est interdite toute la journée. Nous sommes en fin de matinée et malgré la fraîcheur de la température, une dizaine de voisins ont sorti leurs chaises de jardin. Deux gamins se coursent à vélo, ils contournent la table où une maman et son grand garçon s’affrontent au ping-pong. C’est le premier dimanche de l’été où la rue n’appartiendra pas aux voitures.

Des rues fermées à la circulation, à la demande de citoyens ou à l’initiative de la commune.

Qui propose ? Qui décide ? Rue de Flandre, l’envie de pouvoir "jouer dans la rue" est née chez quelques habitants. Ils avaient entendu l’appel lancé par la ville de Bruxelles au mois de mai. Au total, cinq rues ont reçu cet été l’autorisation de se reconvertir en rue "réservée au jeu", à raison de quelques jours souvent. "Nous étudions et accordons les autorisations en fonction de la situation de chaque rue", nous précise-t-on auprès du service administratif chargé des demandes.

Pour Antoine, l’un des trois "parrains" de la demande pour la rue de Flandre, c'est d’ailleurs une petite déception "Nous avions demandé des périodes plus larges, cela ne sera que quelques dimanches".

"Qu’importe", le rassure ses voisines, "c’est déjà cela ! Cela permet de se voir ou de faire connaissance. Espérons que l’on soit plus nombreux le WE prochain". Depuis la fenêtre de son premier étage, un voisin nous interpelle, énervé : "Bloquer la rue pour quelques personnes, c’est de la dictature, il y a quand même des parcs dans Bruxelles, non ?". Chacun jugera !

Mais si à Bruxelles, l’initiative de solliciter une rue dédiée aux jeux revient aux habitants, à Forest, par contre l’affectation a souvent été décidée par la commune et pour des périodes plus longues. "Cet été, six rues ont été affectées au jeu pour tout l’été", nous précise Estelle Toscanucci, attachée de communication au cabinet du bourgmestre Stéphane Roberti. "En outre, nous avons reçu et accepté deux demandes supplémentaires venant d’habitants. C’était pour nous, une manière de permettre aux habitants de sortir de chez eux". Respirer un (petit) peu de liberté, avant la rentrée.

Source:     www.rtbf.be

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.