Gabon: Le Maire du 5e Arrondissement de Libreville reprécise la priorité de l'heure

Publié le 30/06/2020 | J&P

Gabon

Sur sa page facebook, le mairie du 5e arrondissement de Libreville d'origine libanaise, Chadi Moukarim, a indiqué hier que "le seul débat utile au développement de notre pays est la décentralisation ! les mairies d'arrondissement n'ont aucune autonomie et aucune ressource qui leur permettent de réparer nos routes , de lutter contre l'insécurité et les inondations !!!".

Le cri de coeur de l'édile municipal intervient au moment où l'actualité est dominée par la dépénalisation inattendue et très houleuse, par l'Assemblée nationale, par 48 voix de députés pour, 24 voix contre et 25 abstentions, de l'homosexualité qui passe mal au sein de l'opinion gabonaise très majoritairement opposée à cette pratique aux antipôdes des traditions et moeurs des peuples Gabonais profonds.

Alors que le débat enfle dans la cité sur la question, le maire Chadi Moukarim (pro Ali Bongo Ondimba) ne s'est pas encore officiellement prononcé sur le sujet. Sa priorité semble être tournée vers la décentralisation qui selon lui est un débat plus utile dans le processus d'amélioration du sort quotidien des Gabonaises et Gabonais.

Comme ses homologues de la république, Chadi Moukarim s'insurge contre la faible responsabilisation légale des mairies d'arrondissement et le manque de ressources appropriées dans la délivrance des services municipaux essentiels aux populations (assainissement, police municipale, voirie, etc.).

Malgré l'adoption par le Gabon, le 12 juin 2020 en Conseil des ministres avant l'étape parlementaire, au terme de la présentation du Ministre de Décentralisation, de deux (02) projets de lois assortis de la création de trois (03) organes visant à renforcer la décentralisation (Lire notre billet du 13 juin 2020), les communes d'arrondissement ont le sentiment d'être des laissés pour compte, et l'impression que leurs pouvoirs et leurs moyens ne sont pas accrus pour leur permettre d'agir efficacement, comparativement aux Communes et aux Conseils départementaux. Cela concerne par exemple la gestion des déchets menagers que l'État vient de rétrocéder aux collectivités locales et qui nécessite des clarifications juridiques, financières et techniques quant à la partition des communes d'arrondissement. Et cette préoccupation, faut-il le rappeler, fut portée à l'attention du Ministre de la Décentralisation, de la Cohésion et du Développement des Territoires.

Le maire Chadi Moukarim souhaite donc que ce débat qu'il juge utile pour la communauté nationale soit relancé et recentré. Ce d'autant plus que la responsabilisation accrûe des magistrats municipaux sans exclusive, a été identifiée par les pouvoirs publics gabonais, comme sinéquanône pour une amélioration substantielle du cadre et des conditions de vie des populations sur l'ensemble du territoire national, dans le cadre d'une décentralisation effective et appropriée par les populations.

Source: Vie des Communes, correspondant volontaire.

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.