MAIRIE DU DISTRICT: UN BUDGET ADDITIONNEL DE PRÈS DE 8 MILLIARDS DE FCFA EN EXAMEN

Publié le 29/06/2020 | J&P Mag

Mali

La rencontre a été présidée par le maire Adama SANGARE en présence des conseils du District et des services techniques de la mairie centrale. Dans ses mots de bienvenue, Adama SANGARE a indiqué que la rencontre était une session budgétaire.

Elle est organisée conformément aux dispositions de l’article 259 de la loi portant Code des collectivités territoriales et examine le budget additionnel élaboré par les services techniques. Outre ce point majeur, les membres du conseil du District de Bamako se sont penchés également sur l’épineuse question de l’assainissement en cette période hivernale, les programmes de curage de caniveaux en cours, etc.
Ce budget additionnel est estimé à près de 8 milliards de FCFA équilibré en recettes et en dépenses. Son adoption portera le budget global de la mairie de 2020 à plus de 65 milliards de FCFA. Pour le maire, ce budget additionnel est destiné à corriger et à ajouter les prévisions du budget primitif. La tenue de cet exercice se tient dans un contexte de finance difficile pour la mairie du District de Bamako, a-t-il indiqué, en raison de la faible mobilisation des recettes financières.
Aussi, selon lui, cette situation est consécutive à la pandémie du coronavirus dont la lutte et la prévention ont imposé de nouvelles façons de vivre. Les mesures restrictives de certaines libertés, à travers le couvre-feu, la fermeture des commerces entre autres ont aggravé la situation financière de la mairie qui souffrait du faible recouvrement des textes, a soutenu M. SANGARE.
S’agissant de ce dernier point en lien avec le faible recouvrement des taxes, le maire Adama SANGARE a rappelé que l’hôtel de ville a signé un partenariat avec une entreprise privée, la Nouvelle technologie Africaine (NTA TECH), il y a quelque mois. L’objectif de cette collaboration est d’optimiser les recettes de la mairie en réduisant les nombreux cas d’évasions fiscales. Celle-ci est estimée selon une étude de l’Expertise France à près de 10 milliards de FCFA par an.
Par ailleurs, il garde espoir que ce partenariat va contribuer à moderniser le système de collecte de la taxe pour passer du fonctionnement manuel à une méthode plus innovante, digitalisée et sécurisée.
L’assainissement de la ville de Bamako et le curage des caniveaux étaient également au cœur de ses préoccupations. Concernant le premier point, il a noté que malgré les difficultés, la DSUVA et Ozone Mali font de gros efforts pour la propreté de la ville de Bamako. Encore, a déploré M. SANGARE, les problèmes de la gestion des dépôts de transit et à la réalisation de la décharge finale constituent des préoccupations réelles dans l’atteinte des résultats fixés à l’Ozone-Mali.
« Avec plus de trois millions d’habitants, la ville de Bamako a plus que jamais besoin d’un système d’assainissement novateur pour un cadre meilleur », a-t-il affirmé.

 

Source:  bamada.net

J&P Mag


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.