Thouars et le Thouarsais. 32.500 masques au total : la solidarité cousue main

Publié le 22/05/2020 | J&P

France

L’opération « masques solidaires » bat son plein au centre socioculturel. Une sacrée organisation saluée hier par le député Jean-Marie Fiévet.

Lorsque les médecins de ville du Thouarsais et de l’Airvaudais ont lancé l’idée, il y a un peu plus d’un mois (NR du 15 avril), peut-être n’avaient-ils pas mesuré précisément l’ampleur de la tâche… Toujours est-il que le grand défi solidaire est en passe d’être relevé : d’ici la fin de semaine prochaine, pas moins de 32.500 masques en tissu (20.000 masques « artisanaux » + 10.000 achetés par les collectivités et 2.500 par l’entreprise Roy) auront été offerts à tous les habitants du territoire âgés de plus de 11 ans.
Jusqu’à 6.000 par semaine « Près de 13.000 ont déjà été fabriqués et les distributions, gérées par les mairies, se poursuivent un peu partout », explique Sébastien Oger pour le centre socioculturel (CSC) du Thouarsais, qui supervise cette « superproduction », en partenariat avec la communauté de communes et les médecins. Une initiative unique selon l’animateur, qui aurait dû être en plein milieu des préparatifs du festival des Arts Osés, prévu fin juin mais annulé… « C’est un projet très riche humainement et tout aussi mobilisateur que notre festival. On arrive à produire 5.000 à 6.000 masques par semaine. Même si certains ont pu trouver quelques défauts, on a eu plein de retours positifs. Cela a également permis de créer des liens plus forts avec les petites communes, toute l’équipe du CSC (une dizaine de salariés) s’est investie dans le projet. »

« Il y a eu un élan de générosité immédiat sur tout le territoire et au-delà, confie Christine Ethioux, directrice du CSC. Il y a même une dame de Melle qui a envoyé des draps ! ». Un engouement qui a épaté le député du Bocage et du Thouarsais, Jean-Marie Fiévet, en visite hier. « Dans une crise, il faut positiver, dit-il. C’est ce que font des structures comme le CSC, qui ne sont pas assez mises en avant. Le confinement a aussi bloqué leurs activités, mais ils ont fait un travail formidable pour ne pas perdre le lien avec la population ». Et l’élu de plaider pour une autonomie accrue : « En cas de crise majeure, les Français sont prêts à s’investir pour les autres. Il faut faire confiance aux territoires. C’est le rôle du député de faire remonter ces initiatives du terrain. En revanche, ça me choque lorsque je vois certains élus locaux commander des masques au bout du monde alors que des entreprises locales en fabriquent… »

Source: lanouvellerepublique.fr

J&P


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.