KENYA : 2030 WRG et EPA épaulent Nairobi dans la gestion des effluents industriels

Publié le 12/11/2019 | Maxwell Lewis Baboula

Kenya

Un accord de partenariat a été signé récemment entre le gouvernement du comté de Nairobi, 2030 Water Resources Group (2030 WRG), chapeauté par la Banque mondiale, et l’Agence danoise pour la protection de l’environnement (EPA). Ces deux acteurs accompagneront le comté de Nairobi dans la gestion de ses eaux usées industrielles.

En marge de la conférence sur l’eau et l’assainissement qui s’est tenue à Nairobi du 28 au 31 octobre 2019, un accord a été signé entre le gouvernement du comté de Nairobi et deux partenaires. Il s’agit de 2030 Water Resources Group (2030 WRG), un groupe de partenaires publics, privés et issus de la société civile sous la houlette de la Banque mondiale, et l’Agence danoise pour la protection de l’environnement (EPA).

L’objectif de ce partenariat tripartite est d’accompagner le gouvernement du comté de Nairobi dans la gestion de ses eaux usées industrielles. Actuellement, les industries de ce comté du centre du Kenya rejettent environ 400 000 m3d’eaux usées par jour. Seulement 192 000 m3d’entre elles sont traités par deux stations d’épuration. Le reste se déverse dans les ruisseaux qui rejoignent la rivière Nairobi qui traverse la capitale kenyane.

Un partenariat public-privé

2030 WRG a été mis en place par la Banque mondiale pour aider les pays à combler l’écart entre la demande et l’offre d’eau d’ici 2030. Cette institution en association avec l’EPA devra mettre en place des « systèmes modernes de gestion des effluents industriels ». Il s’agit notamment de systèmes décentralisés. Pour que de tels mécanismes fonctionnent, il faut impliquer le secteur privé. Cette solution sera facilitée par l’implication de Kenya Industrial Water Alliance (Kiwa).

Lancée en 2016, cette alliance réunit 23 partenaires du secteur privé, public et de la société civile dans le but de s’attaquer collectivement aux risques liés au rejet des eaux usées dans l’environnement. On y retrouve de grandes entreprises comme Coca-Cola, Nestlé, Bidco Africa ou encore Grundfos.

« Nous attendons avec impatience cette future coopération qui sera d’une grande valeur dans la lutte contre la pollution de l’eau et les défis liés aux déchets industriels »,s’enthousiasme Annette Samuelsen, chef de division de l’EPA. L’association d’un acteur comme la Banque mondiale (à travers 2030 WRG) est stratégique puisqu’il pourra faciliter le déblocage de fonds pour des projets de traitement des eaux usées industrielles.

Selon 2030 WRG, l’industrie est un secteur clé dans l’économie du Kenya, puisqu’elle représente 21 % de son produit intérieur brut (PIB). Le plan stratégique de développement du pays (vision 2030) conçu par le gouvernement vise à industrialiser davantage le pays en créant un secteur manufacturier robuste, diversifié et compétitif, qui devrait contribuer à hauteur de 10 % au PIB. Les ressources en eaux seront davantage sollicitées dans la foulée du développement du secteur industriel, surtout manufacturier. D’où l’importance aujourd’hui de miser sur la réutilisation des eaux usées traitées.

 

Source: afrik21.africa

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.