Un programme pour renforcer le leadership féminin au niveau local

Publié le 09/10/2019 | Maxwell Lewis Baboula

Tunisie

« La promotion de l’égalité des chances entre les femmes et les hommes dans la gestion des affaires locales », tel était le thème de la conférence organisée par le centre de développement international pour la gouvernance locale innovante (CILG-VNG) en partenariat avec le centre de recherches, d’études, de documentation et d’information sur la femme (CREDIF).

Le bilan des actions du comité national pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la gestion des affaires locales (CNP-EGAL), a été présenté lors de cette rencontre.  

L’experte au CILG, Henda Gabsi a rappelé que « durant cinq ans, le CNP-EGAL a pu développer des outils de plaidoyer et de gender mainstreaming, à travers le code électoral, le code des collectivités locales, la création de la charte nationale pour l’égalité, et la stratégie d’intégration du genre dans le processus de décentralisation.

Gafsi s’est arrêté au plan annuel d’investissement (PAJ), sensible au genre élaboré par le comité et adopté par le gouvernorat de Medenine. Elle a, également, évoqué l’activation de la stratégie intersectorielle d’inclusion des femmes dans la vie locale à la ville de Béja entre 2017-2019.

Quant aux actions qui restent à promouvoir, l’experte a appelé au renforcement de la coordination et de la concertation entre les différentes parties (conseil des pairs et le CNP-EGAL), afin de créer un réseau de femmes élues.

« Par ailleurs, elle a révélé qu’il y aura bientôt le lancement de la deuxième phase d’exécution du CNP-EGAL avec l’appui du programme pour un leadership municipal inclusif (PLMI).

« Cette deuxième partie du projet consiste à l’opérationnalisation du dispositif d’accompagnement de la fédération nationale des villes tunisiennes pour ( FNVT), pour le renforcement des capacités des municipalités. 

L’objectif sera de fournir des outils et des guides d’assistance technique et des plaidoyers, qui auront pour but de créer un réseau national des commissions « femmes et familles et « égalité des chances ».

Selon le représentant du ministère des affaires locales et de l’environnement, 20% des présidents des conseils municipaux sont des femmes.

 « Les femmes pourraient accéder également aux 80% des postes restants, si on arrive à appliquer dans la réalité les principes de l’égalité mentionnés dans la constitution tunisienne et le code du statut personnel (CSP) ».

Une convention « pour une gouvernance municipale fédératrice », a été signée en marge de la conférence, entre le CREDIF et le centre international pour le développement local et la bonne gouvernance, en partenariat avec l’ambassade canadienne.

« Grâce à cette convention, les municipalités participantes vont bénéficier d’un renforcement du leadership féminin dans les administrations et conseils municipaux, a clarifié l’expert auprès du centre, Nessim Ben Abdallah.

« Le programme propose aussi des formations sur l’amélioration de la qualité des services notamment pour les femmes qui vivent dans la précarité » a-t-il ajouté.

« Huit municipalités participeront à ce programme pour la décentralisation qui sont celles, de Hammam Chott (Ben Arous), Sidi Bourouis ( Seliana), Tabarka (Jendouba), Ain Sobh (Nadhour), Fondok Jdid Seltane (Nabeul), El Morja (le Kef), Menzel Abderrahman (Bizerte), Nabeul (Nabeul).

 

Source: gnet.tn

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.