L’ONUDI et le HCEFLCD collaborent pour améliorer la compétitivité de la chaine de valeur du romarin de l’Oriental

Publié le 14/03/2019 | Maxwell Lewis Baboula

Maroc

Le projet Azir-Oriental a été mis en œuvre depuis 2016, dans la région de l’oriental, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et la Coopération Suisse au Maroc, dans le but d’appuyer les efforts du HCEFLCD pour la mise en œuvre de sa stratégie de développement du secteur des PAM.

D’une enveloppe budgétaire globale de 25 millions de Dirhams, ce projet a été conjointement financé à hauteur d’environ 1.4 Millions d’Euros (soit l’équivalent de15 millions de Dirhams) par la Coopération Suisse et à hauteur de presque 10 millions de Dirhams par le HCEFLCD et les autres partenaires nationaux.

Le choix de la région de l’Oriental comme cible a été motivé par le fait que cette région produit à elle seule plus de 60% de la production nationale et le romarin sauvage représente non seulement une ressource centrale dans la politique forestière de la région mais également une ressource économique importante pour la population locale.

Le projet AZIR-O vise deux axes stratégiques, à savoir : l’amélioration de la compétitivité des coopératives et l’inclusion des populations locales et des cueilleurs dans les coopératives ainsi que l’amélioration de la durabilité de la ressource naturelle.

Il faut dire que le Maroc occupe une place importante dans le domaine des plantes aromatiques et médicinales (PAM) en raison de sa diversité et sa contribution dans l’économie nationale. Dans ce cadre, la stratégie de Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la désertification élaborée en 2009, pour le développement de ce secteur intègre les objectifs de croissance économique de  ’équité sociale et du respect de l’environnement.

L’organisation des usagers en coopératives forestières et leur mise à niveau, constituent un axe incontournable de la stratégie du HCEFLCD pour la gestion du secteur. Depuis 2005, plus de 90% des PAM sont exploitées dans un cadre de contrat de partenariat avec les coopératives forestières. Ces dernières sont devenues un garant de la stabilisation de la population rurale, de la création d’emplois et de revenus  permettant ainsi d’initier, les fondements d’une économie sociale et solidaire.

Ainsi, à nos jours, un total de 72 contrats de partenariat ont été conclus avec 43 coopératives de PAM dans les régions de l’Oriental, et Fes-Meknes, totalisant plus de 2300 adhérents. Ces contrats d’un montant total de chiffre d’affaire estimé à 28 millions de dirhams par an ont permis de valoriser 350 000 ha, générant ainsi un revenu moyen de 2000 DH/mois/ adhérent.

Parmi les résultats importants du projet nous pouvons citer : l’amélioration de la qualité du romarin vendu au niveau local par les coopératives ; l’intégration des cueilleurs dans les coopératives et la conséquente augmentation de leurs revenus ; la diversification des produits dérivés (ex : charbon vert à base des déchets de collecte du romarin) ainsi que les mesures mises en place pour garantir la régénération et la durabilité de la ressource naturelle.

 

source: www.industries.ma

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.