Agence universitaire de la Francophonie : des offres pour soutenir la structuration et le développement de la recherche

Publié le 09/03/2018 | Thierry Roland Simen

Congo

Le programme rentre dans le cadre du projet intitulé « Mobilisation de l’expertise régionale par le soutien des projets de recherche innovants » et concerne des pays de l'Afrique centrale et des Grands Lacs.

Les installations du Centre de documentation de l'enseignement supérieur, universitaire et de la recherche à Kinshasa (Cedesurk) ont abrité, le 16 février, la cérémonie de présentation des offres de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour le Soutien à la structuration et au développement de la recherche en Afrique centrale et les Grands Lacs. Cet appel régional à candidatures a été ouvert le 20 novembre 2017 et se poursuit  jusqu’au 30 mars (à minuit, heure de Yaoundé).

Ce projet, souligne-t-on, vise le soutien aux équipes de recherche en ce qui concerne les aspects développement de la recherche et l’accompagnement des établissements/institutions de l’enseignement supérieur et centres de recherche en rapport avec les aspects relatifs à la structuration de la recherche. (De plus amples informations peuvent être trouvées sur le site auf.org et le dépôt de dossiers, uniquement en ligne, peut se faire sur formulaires.auf.org)

Dans le programme de cette activité, une brève présentation de l’AUF a été faite par la responsable du CNFK, Elodie Bamowongo, suivie de la présentation de l’appel d’offres, les concernés et les opportunités, par la chargée des projets CNFK, Nelly Mbiya. Le Pr Tondozi de l’université de Kinshasa a présenté, en tant qu’expert CRE, le critère de sélection des candidatures et Lucille Gretty, de l'université de Liège, a fait la présentation de la plateforme Afrique centrale de cette université. Jonathan Toronzi/CNFK a fait découvrir les offres AUF, tout en indiquant comment y postuler alors que la présentation des offres Cedesurk a été faite par la chargée des communications par intérim, Espérance Matshing, avant les échanges entre participants et intervenants.

Offres pour la région Afrique centrale et des Grands Lacs

Il a été, en effet, noté que cet appel d'offres s'adressait aux enseignants-chercheurs et chercheurs, aux responsables administratifs (responsables de laboratoires, chefs de département, doyens de faculté et directeurs de centre de recherche), chefs d'établissement/responsables d'institution en activité dans un établissement d'enseignement supérieur ou institut de recherche membre de l'AUF, à jour de sa cotisation et situé dans l'un des pays de la région Afrique centrale et des Grands Lacs dont Angola, Botswana, Burundi, Cameroun, Gabon, Guinée Équatoriale, Ouganda, RCA, République du Congo, RDC, Rwanda et Tchad.

Cet appel d’offres concerne essentiellement deux volets distincts et non compatibles dans une seule et même candidature. Le premier volet, lié au développement de la recherche, s'adresse principalement aux équipes de recherche ayant tissé des rapports de collaboration effective au sein de la région (au moins deux pays de la région de l'Afrique centrale et des Grands Lacs) et un partenariat opérationnel avec des acteurs non académiques/du monde économique dont les activités sont en cohérence avec les domaines de recherche des équipes. Pour ce volet, les thématiques prioritaires sont notamment l’État de droit, démocratie et société (Droit et action publique ; droit, justice et société, diversité des cultures juridiques) ; sciences économiques, innovation, création d’entreprises, développement; environnement, eau, énergie et climat ; développement durable et bien-être de la population : lutte contre la pauvreté et innovation en santé publique (Biotechnologies et agro-alimentaire);  langue française, diversité culturelle et linguistique et geosciences et sciences fondamentales (mathématiques, informatique, physique).

Ce volet de l’appel d'offres, a noté l’AUF, a pour objectif général de permettre aux établissements d'enseignement supérieur de renforcer leurs capacités de recherche et d'améliorer leur position ainsi que leur rayonnement sur la scène internationale. Les retombées scientifiques attendues du projet doivent bénéficier en premier lieu aux établissements concernés.

Il s'agira principalement de soutenir les projets de recherche innovants, intégrant la coopération entre des établissements membres de l'AUF issus de pays différents (avec une priorité accordée aux projets sud-sud par rapport aux projets sud-nord). Les projets devront convaincre le comité de sélection sur le plan de la pertinence et de l'excellence scientifiques.

Le second volet, lié à la structuration de la recherche, quant à lui, s’adresse aux responsables administratifs des établissements/institutions de recherche ayant au moins un établissement partenaire (accompagnateur). Ce volet de l’appel d’offres, a-t-on indiqué, a pour objectif d’accompagner les établissements membres à la mise en place des structures ou autres dispositifs de recherche-innovation. Il s’agira donc de soutenir toutes actions qui organisent ce domaine par l’adoption de règles et procédures avec des responsabilités identifiées et des objectifs régulièrement évalués. « La mise en place d’un comité recherche, conseil de recherche, comité d’éthique, d’une école doctorale au sein d’un établissement, de procédures pour la création d’unité, de laboratoire /centre de recherche, de centre d’innovation/maison d’innovation, ainsi que la mise en place de bases de données relatives à la recherche-innovation (répertoire de thèses et des chercheurs) constituent quelques actions pouvant être soutenues dans le volet structuration de la recherche », explique-t-on.

Thierry Roland Simen


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.