La jeunesse s’engage pour la coopération décentralisée

Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) lance plusieurs appels à projets en soutien à la coopération décentralisée dans les domaines de la mobilité internationale des jeunes.

La coopération décentralisée repose sur un partenariat de collectivité à collectivité, impliquant des échanges humains et des relations de confiance entre les partenaires. Quelles que soient les thématiques d’échange et de travail (eau et assainissement, culture, lutte contre le changement climatique, économie durable, agriculture, éducation, etc.), l’ensemble des services des collectivités sont impliqués dans le partenariat, porté et piloté par les élu.e.s locaux et régionaux.

Plus que des échanges entre élu.e.s et services, la coopération décentralisée c’est aussi des partenariats de territoires, basés sur la réciprocité des échanges et des apprentissages et impliquant l’ensemble des acteurs locaux : associations, établissements scolaires et de formation, missions locales, entreprises, etc. En s’appuyant sur les relations de confiance établies entre les partenaires, la coopération décentralisée apparaît comme un vecteur idéal pour développer la mobilité internationale des jeunes des territoires, en particulier de ceux qui sont le moins favorisés.

Impliquer des jeunes dans les projets de coopération décentralisée permet d’en faire des acteurs des partenariats du territoire et des « ambassadeurs » de leur collectivité à l’international. Les jeunes font et feront vivre ces partenariats en les dynamisant, les étoffant et en permettant aux citoyens de les connaître et de se les approprier. Une telle expérience de mobilité à l’international représente aussi pour le jeune une opportunité de développer de nouvelles compétences, dont linguistiques, et d’agrandir son réseau.

Plusieurs appels à projets en soutien à la coopération décentralisée dans les domaines de la mobilité internationale des jeunes ont été lancés : « Jeunesse I » pour des mobilités en 2015 et « Jeunesse II » pour des mobilités en 2016, avec le soutien du Ministère de l’Education nationale, du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, de France Volontaires, de l’Agence du service civique, de l’Agence Erasmus+ Jeunesse et Sport et de la Fondation Schneider Electric.

Les appels à projets Jeunesse I et II c’est :

  • 341 jeunes en mobilité dans le cadre d’un volontariat ou d’un cursus de formation professionnelle dans 31 pays différents ;
  • Des projets de renforcement des offres et des cursus de formation professionnelle en France et à l’étranger afin d’adapter les formations aux atouts et besoins des territoires et ainsi d’augmenter l’employabilité des jeunes ;
  • 119 collectivités partenaires qui s’engagent pour offrir une expérience de mobilité internationale aux jeunes de leur territoire dans 29 projets lauréats ;
  • Un montant total de projets de 2 260 000 €, avec un cofinancement du MEAE à hauteur de 570 000 € (dont 40 000 € de la Fondation Schneider Electric), soit un important effet levier de 4 ;
  • Des dizaines d’événements de promotion de la coopération décentralisée et de la mobilité internationale des jeunes en France et à l’étranger ;
  • Des centaines d’actions de sensibilisation aux enjeux du développement et de la solidarité internationale sur les territoires français.

Source : www.diplomatie.gouv.fr


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.