Coopération entre l'Yonne et Paris : "le fruit d’une histoire et d’une volonté renouvelées" pour Anne Hidalgo

Publié le 21/02/2020 | J&P Mag

France

Coopération entre Paris et les PETR Grand Auxerrois et Nord de l’Yonne : pour la maire de Paris Anne Hidalgo, l’opportunité de "faire revivre une filière d’approvisionnement".

L’idée a fait l’unanimité lors du conseil municipal de Paris : de voir la capitale et le département de l’Yonne développer une coopération réciproque autour de plusieurs axes ; de développement durable, agricole et touristique.

La maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), explique ce qui la conduit aujourd’hui à miser sur le département.

Pourquoi l’Yonne a retenu votre attention pour développer ce partenariat ?

"C’est le fruit d’une histoire et d’une volonté renouvelées. Les liens économiques entre Paris et l’Yonne ont été très dynamiques par le passé en raison des besoins de la ville pour s’alimenter, construire ses bâtiments, se chauffer… À l’échelle de l’Histoire, ils ont été beaucoup plus forts que lors de la parenthèse des trente dernières années, pendant laquelle nous nous sommes un peu perdus de vue. Mais pour se retrouver il fallait une volonté politique commune. C’est le cas avec Nicolas Soret (PS), président de l’intercommunalité du Jovinien et conseiller départemental. Nous partageons les mêmes priorités en matière de transition écologique et de développement des partenariats urbains ruraux."

Après l’élaboration de ces axes de coopération, quelles actions seront entamées pour les concrétiser ?

"Dans les semaines à venir, nous organiserons une rencontre entre nos délégataires, qui gèrent les 71 marchés découverts de la ville de Paris, et des producteurs icaunais. Nous mettrons aussi en place une communication pour promouvoir l’Yonne comme destination touristique. Ensuite, nous engagerons un travail sur les matériaux biosourcés et le bois destiné au chauffage. Nous avons à Paris un des plus grands réseaux de chauffage urbain. L’objectif est qu’il fonctionne à 100 % d’énergies renouvelables et pour cela la fourniture en bois est indispensable. Autrefois, l’Yonne était le premier fournisseur de bois de chauffe pour la Ville. Avec ce partenariat solide nous pouvons faire revivre cette filière d’approvisionnement."

Comment veiller à ce que la notion de partenariat « gagnant-gagnant » soit garantie ?

"C’est déjà le cas à travers la régie municipale Eau de Paris qui, en partenariat avec Biobourgogne et avec l’appui financier de l’agence de l’eau Seine-Normandie, accompagne les conversions vers l’agriculture biologique sur l’ensemble de l’aire d’alimentation des captages des sources de la Vallée de la Vanne et du ru de Saint-Ange. Par ailleurs, à travers la commande publique pour notre restauration collective, nous pouvons donner une visibilité de moyen terme et des prix qui assurent une rentabilité aux producteurs. En échange d’une eau et de produits de qualité, nous apportons une garantie commerciale. Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, nous devons diminuer l’ensemble des émissions de CO2 du territoire. Cet impératif nous oblige à relocaliser nos approvisionnements. Paris diminuera ses émissions de gaz à effet de serre en s’approvisionnant en circuits courts, et l’économie icaunaise créera de nouveaux emplois."

Pour acheminer les matériaux biosourcés de l’Yonne, misez-vous sur le fret fluvial ?

"Oui, car comme le savent les Icaunais, c’est aussi l’Yonne qui coule dans Paris ! Pour le bois notamment, nous travaillerons au développement de l’approvisionnement par voie fluviale." 

 

Source: lyonne.fr

J&P Mag


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.