Caroline Gagnon participera au développement d’un «Atlas social des paysages et des territoires» pour le Québec

Publié le 15/06/2019 | Maxwell Lewis Baboula

Canada

La Chaire en paysage et environnement de l’Université de Montréal (CPEUM) initie une démarche partenariale en vue d’élaborer un outil de connaissance des préoccupations sociales entretenues envers le paysage. Ce projet intitulé « Atlas social des paysages et des territoires – concepts, besoins, indicateurs et potentiels d’application pour le Québec » est rendu possible grâce à une subvention de développement de partenariat d’une valeur de 199 845$ accordée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Dans un contexte où la qualité des paysages constitue une préoccupation déclarée à l’échelle internationale, le Canada et le Québec en particulier ne disposent toujours pas d’une assise de connaissances permettant de révéler et de mieux connaître les territoires porteurs de valorisations paysagères singulières. Or, de nombreuses décisions d’aménagement réclament une telle information. Pour les décideurs et les gestionnaires du territoire, cette connaissance devient cruciale, entre autres, pour mieux protéger les paysages d’intérêt culturel ou écologique. Pour les promoteurs de projets d’infrastructures publiques, elle permet de bonifier la lecture des dimensions paysagères sensibles dans le cadre de l’évaluation des impacts des projets. Pour les acteurs de l’aménagement régional du territoire et les professionnels en pratique privée, cette connaissance aide à engager des projets d’intervention plus adaptés aux attentes des collectivités régionales et locales.

Portée par un groupe d’acteurs issus des milieux universitaires, professionnels, associatifs et gouvernementaux, ce partenariat vise, dans une optique de coconstruction des connaissances, à définir les concepts et principes de mise en œuvre d’un Atlas social des paysages et des territoires. Pour ce faire, elle entend jeter les bases d’une grille de lecture et d’identification des territoires faisant l’objet de sensibilités paysagères variées à l’échelle des collectivités. Cette grille de lecture sera ensuite mise à l’épreuve à partir de situations territoriales concrètes. À terme, une plateforme numérique interactive garantira le partage et la diffusion publics des résultats de ce projet afin de contribuer à la compréhension de l’évolution des enjeux et de la demande sociale en paysage au Québec.

Une démarche partenariale multipartite ouverte aux savoirs pluriels

Dirigée par Sylvain Paquette, titulaire de la CPEUM et professeur agrégé à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de la Faculté de l’aménagement, l’équipe de recherche est composée également de chercheur.es issus.es de la CPEUM (Danielle Dagenais et Gérald Domon), de la Chaire UNESCO en paysage et environnement (Philippe Poullaouec-Gonidec), de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal (Laurence Bherer, Dép. de science politique), de l’Université Laval (Caroline Gagnon, École de design) ainsi que de l’Institut national de la recherche scientifique (Sophie L. Van Neste, Centre UCS). Ce partenariat engage également plusieurs intervenants clés de l’aménagement du territoire au Québec en provenance des milieux publics (ministère de la Culture et des Communications; ministère des Affaires municipales et de l’Habitation; ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques), parapublics (Hydro-Québec), associatifs (Association des aménagistes régionaux du Québec) comme des milieux de la pratique privée (Coopérative Les Mille-Lieux ; L’Enclume ; Patrick Marmen consultant en design urbain et paysage). Des collaborateurs étrangers affiliés à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles, à AgroParisTech et à l’Université de Genève complètent ce partenariat. Notons également que le Centre d’expertise numérique pour la recherche de l’Université de Montréal (Cen-R) apportera son soutien au projet.

Pour M. Paquette, « ce projet soutenu par le CRSH vient confirmer la forte pertinence scientifique et sociale des objectifs portés par un partenariat alliant des capacités uniques de recherche universitaire et d’action territoriale ». Cette démarche partenariale vient concrétiser par le fait même le déploiement des nouvelles orientations de la CPEUM pour les prochaines années.

La CPEUM, un organisme engagé dans son milieu

Rattachée à la Faculté de l’aménagement de l’UdeM, la CPEUM a pour mission l’acquisition de connaissances et de moyens d’intervention dans les domaines du paysage et de l’environnement en privilégiant une perspective de recherche-action qui prend appui sur l’expérimentation et l’ouverture aux savoirs disciplinaires multiples. www.paysage.umontreal.ca

 

Source: www.design.ulaval.ca

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.