Coopération décentralisée : la délégation congolaise au 101ème Congrès des maires et des présidents d’intercommunalité de France

Publié le 06/02/2019 | Thierry Roland Simen

Célestin Mokoki, maire d’Impfondo, et Ghislain Rodrigue Nguimbi Makosso, maire de Dolisie et Guy Piacka, représentant Stella Mensah Sassou Nguesso, maire de Kintélé, assistent à cette rencontre qui se déroule, du 20 au 22 novembre 2018, à Paris, Porte de Versailles. En tant que président du Réseau des communes et villes du Congo, le maire de Dolisie a contribué aux débats sur le thème « La coopération décentralisée au service du développement communal ».

En salle 150, entre 16 h et 17 h 30, mercredi 21 novembre, les deux maires venus du Congo ont assisté au « Point-info » animé par Louis Giscard d’Estaing, maire de Chamalières (63), vice-président de Clermont Auvergne Métropole.

Avec les interventions de Christine Moro, ambassadeur, déléguée à l’Action extérieure des Collectivités territoriales, Geneviève Sevrin, directrice exécutive de Cités Unies, France Marie-Pierre Bourzai-Cherif, responsable de la division Territoires et Entreprises de l’AFD, cette rencontre a mis en évidence le contexte de la décentralisation des pouvoirs politiques et l’importance croissante des relations internationales des collectivités locales qui se sont lancées dans des actions de coopération au développement.

Durant les débats, ont été évoquées les grandes lignes de l’état actuel du droit de l’action extérieure des collectivités territoriales françaises. Christine Moro a listé dans son intervention la faculté de choisir ou non de passer par le moyen de conventions ; la possibilité pour tous les niveaux de collectivités d’entreprendre ou de soutenir toute action à l’international ; l’obligation de respecter les engagements internationaux de la France et, surtout, la possibilité de s’adosser à des procédures ou financements nationaux, européens et multilatéraux.

Pour Ghislain Rodrigue Nguimbi Makosso, compte tenu de sa jeunesse, le Réseau des Communes et Villes du Congo devrait s’inspirer du modèle de l’AMF. « Grâce à la volonté et aux efforts entrepris par le chef de l’Etat Denis Sassou N’Guesso sur la décentralisation, le Congo est passé de six à une quinzaine de villes », a expliqué le maire de Dolisie après avoir rappelé l’historique du pays.

« La Commune de Dolisie est à la fois une circonscription administrative et une collectivité locale décentralisée de 80 000 habitants », a-t-il expliqué. Cette ville bénéficie de plusieurs partenariats dans le cadre de la coopération décentralisée. « Nous avons aujourd’hui un système de collecte de déchets "Aires de Transit des Ordures Ménagères", entièrement financé dans ce programme de partenariat dénommé, « Gestion Inclusive et Concertée des Déchets à Dolisie », en sigle GICOD », a indiqué Ghislain Rodrigue Nguimbi Makosso, désireux de contribuer et de rendre effectifs plusieurs programmes de partenariats dans son pays.

Heureux de nouer ces partenariats, le président du Réseau des communes et villes du Congo a invité les maires français à honorer son invitation pour participer au premier congrès de la structure congolaise. François Baroin aurait déjà donné son accord de principe.

Concluant le « Point info », les intervenants ont vanté les mérites de la mise en place progressive de la coopération décentralisée en France. De l’avis de tous, cette coopération de proximité crée un partenariat entre acteurs locaux,  permet de rapprocher les hommes et, enfin,  renforce les liens entre les pays du Nord et ceux du Sud en associant les habitants au développement de leurs collectivités par le « Vivre ensemble » y compris en associant les diasporas.

Louis Giscard d’Estaing a inséré aux conclusions de ce « Point info », la demande d’avoir un référent « coopération » dans chaque collectivité de France.

Source: www.adiac-congo.com

Thierry Roland Simen


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.