Maroc : Le partenariat entre les collectivités territoriales et la société civile demeure informel

Maroc

Financée par l'Agence américaine pour le développement international, une étude sur la stratégie de partenariat entre les collectivités territoriales et la société civile montre que le dialogue et la concertation autour de la gestion des affaires locales demeurent informels et non institutionnalisés.

Les résultats préliminaires d'une étude sur la stratégie de partenariat entre les collectivités territoriales et la société civile, s'inscrivant dans le cadre du programme de renforcement de la société civile (CSSP-Maroc), ont été présentés samedi dernier à Rabat. Financé sur 4 ans (2015-2018) par l'Agence américaine pour le développement international (Usaid) et exécuté par Counterpart international, ce programme, qui apporte son appui aux communes de Fès, Tétouan, Safi, Témara, Drarga et la région de Marrakech-Safi, vise à définir les stratégies des collectivités territoriales dans leur relation avec la société civile, afin de permettre une bonne mise en œuvre des mécanismes participatifs au niveau territorial, ainsi que les pistes d’un partenariat équilibré et concerté entre les collectivités locales et la société civile.

Lors de cette rencontre, les auteurs de l'étude ont souligné que les collectivités territoriales dans leur relation avec les citoyens et la société civile ont développé et mis en place des pratiques de dialogue, d’échange et de concertation autour de la gestion des affaires locales, toutefois ces pratiques restent parfois informelles et non institutionnalisées, d’où l’importance de définir le cadre global de ces relations et des stratégies de partenariat entre les deux parties. Ce constat, ont-ils relevé, exige de définir les mécanismes, les procédures, les rôles et les responsabilités et assurer un accompagnement de proximité aux deux parties pour mieux gérer ce partenariat, notant que cette étude a dévoilé, sur le plan juridique, l’existence d’un déphasage entre le texte et la réalité et des difficultés juridiques touchant notamment les Associations reconnues d'utilité publique. Pour remédier à ce dysfonctionnement, ils ont appelé à la mise en place de mécanismes contractuels, qui combinent respect des dispositions des lois organiques et augmentation du nombre des associations bénéficiaires, ainsi qu'une réforme du règlement intérieur des communes et l’intégration du cadre juridique parmi les axes de formation.

Concernant le rôle des associations, les auteurs de l'étude ont mis en avant la contribution significative des associations et de la société civile dans l’élaboration des programmes de développement, appelant les collectivités territoriales à consacrer un appui financier annuel aux programmes et projets de la société civile, l’élaboration d’une base de donnée relative aux associations, l’adoption et la révision des procédures d’appui aux associations et la définition de mécanismes d’appui non financier.

S’agissant des instances consultatives, ils ont déploré l’absence d'initiatives de la part des collectivités locales pour demander un avis consultatif sur des questions précises, appelant à impliquer les instances de consultation dans l’élaboration des politiques et dans la prise de décision et l'opérationnalisation des instances de parité, d'égalité des chances et de l'approche genre. S’exprimant à cette occasion, la directrice par intérim de l’Usaid, Leanna Marr, a indiqué que le CSSP appuie les collectivités locales pour définir leurs stratégies de partenariat avec la société civile, dans l’objectif de construire un partenariat équilibré basé notamment sur des rôles et des responsabilités bien définis, des procédures de soutien par les collectivités territoriales aux ONG transparentes, ainsi que des instances consultatives opérationnelles.

L’élaboration d’une telle stratégie ne peut que contribuer à la mise en place d’une nouvelle façon de gérer la chose publique et surtout la construction de la confiance entre les collectivités et la société civile, a souligné Mme Marr, notant que cet atelier renforce tout le travail mené par le CSSP en termes d’assistance technique et d’accompagnement des collectivités locales et de la société civile dans plusieurs domaines, entre autres l’élaboration des plans d’action communaux, la mise en place des dispositifs de pétition et la mise en place des instances de parité, d'égalité des chances et de l'approche genre. 

Source : lematin.ma


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.