Les élus de la baie du Cotentin ont débattu

Publié le 29/04/2018 | Maxwell Lewis Baboula

France

Philippe Gosselin a rencontré les élus du territoire. L'essentiel du débat a porté sur les regroupements de communes et la suppression de la taxe d'habitation.

« Il est irresponsable de ne pas prendre de décision pour regrouper les communes autour des pôles, lance Pierre Aubril, maire de Ravenoville et premier vice-président de la Communauté de communes de la baie du Cotentin (CCBDC), mardi lors d'une réunion avec le député Philippe Gosselin. Aux prochaines élections, qui se présentera ? Il y aura un gros problème pour le territoire si on ne revoit pas le statut de l'élu et si on ne prend pas de décisions avant ces élections. »

Alain Langlois, maire de Terre-et-Marais, venait d'indiquer, « pour le projet de construction de la nouvelle école, le reste à charge pour la commune est de 300 000 €. C'est impossible ».

« On vous réunira avec Marc Lefèbre, président du Conseil départemental de la Manche, et Maryse Le Goff, conseillère départementale. On peut aussi inviter à cette réunion d'autres maires qui ont expérimenté la mise en place de communes nouvelles », répond Philippe Gosselin.

Faire des économies

« Les collectivités doivent faire des économies. Entre les EPCI (Établissements publics de coopération communale) et les services identiques créés avec les regroupements communaux, on peut faire d'énormes économies administratives et sans licencier. N'oublions pas que la CCBDC a perdu 750 000 € de dotations », précise Jean-Pierre Lhonneur.

Philippe Gosselin enfonce le clou : « N'oubliez pas que le budget des collectivités doit être voté à l'équilibre. La question est, comment faire mieux avec moins ? Les communes nouvelles peuvent aussi faire des économies sur les contrats avec des entreprises (contrat d'éparages, de réfection de voiries, d'assurances). »

« D'accord pour ces réunions mais il faut que des engagements y soient pris, même si le maire ne se représente pas et ne participe pas au projet », estime Olivier Deheules, maire de Moitiers-en-Bauptois. Elle devrait être programmée entre le 15 et le 25 mai.

Les taxes locales en question

« La taxe d'habitation sera supprimée en 2020, précise le député. Cette année, la baisse de 30 % est vraiment compensée. L'an prochain aussi, certainement. En 2020, la taxe sera complètement supprimée, et c'est là que les ennuis vont commencer. L'idée circule déjà d'un nouvel impôt, ou d'augmenter les taxes sur le foncier bâti, pour compenser la somme d'environ 14 milliards de la taxe d'habitation. Or, d'une commune à l'autre, il y a des disparités énormes de la taxe sur le foncier calculée en fonction des bases de 1970, d'où l'injustice. »

De plus, « la méthode de calcul des bases de la taxe sur le foncier est ubuesque, estime Jean-Pierre Lhonneur. Il est compté 2 m2 de plus si la construction est pourvue d'électricité, 4 m2 de plus s'il y a une salle de bains, moins pour une douche. Avoir l'électricité et une salle d'eau est encore considéré comme un luxe. »

Source: www.ouest-france.fr

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.