Coopération décentralisée : une délégation de l’API visite les écoles des éco-activités

Publié le 30/04/2018 | Thierry Roland Simen

Congo RDC, France

Au lendemain de la rencontre explicative sur les indicateurs spécifiques en vue d’opter pour l’investissement au Congo, Annick Mongo s’est rendue à Aubergenville, dans le département des Yvelines.

Laurent Plas, directeur des écoles des éco-activités, a accueilli, le 16 février, Annick Mongo, directrice de l’Agence pour la promotion des investissements (API) du Congo. En présence de Jean-Marie Tétart, maire de Houdon, activiste de la coopération décentralisée entre la France et le Congo, la délégation congolaise a effectué une visite guidée du CFA EA-Itedec.

Avec des apprenants sous le statut d’apprentis, cette école offre vingt-trois formations en alternance, du CAP au Bac +5, dans les métiers du tertiaire, du bâtiment, de l’électricité, de l’éco-construction, du développement durable et de la transition énergétique.

« À Aubergenville, notre objectif premier est d’éviter de nous retrouver avec des jeunes aux têtes bien remplies sans être à même de leur assurer, à la suite, les débouchés dans le monde du travail. Chaque apprenti admis dans ce cursus doit être porteur d’un projet. Nous assurons son instruction obligatoire et non son éducation. », a prévenu Laurent Plas. Et d’expliquer que les enjeux de son établissement se déclinent comme suit : être le premier opérateur sur les éco-activités avec une offre complète de parcours et de niveaux, du CAP au BAC + 5 ; répondre aux besoins en compétences des professionnels ; assurer, auprès des étudiants, leur employabilité et leur insertion professionnelle et accompagner le développement du Grand Paris, pour « bâtir la ville de demain ».

Séduite par le plateau de « forces mutualisées » entre les entreprises et les professions partenaires de cet établissement, Annick Mongo a remercié ses hôtes pour cette liaison de formation rattachée au monde de l’entreprise. « Nous sommes venus voir comment répondre aux investisseurs qui viennent au Congo et nous demandent si, sur place, ils trouveront la main d’œuvre spécialisée. Notre visite vient de nous montrer une des options pour obtenir des techniciens susceptibles d’être proposés à nos partenaires », a-t-elle suggéré.

Sur invitation de Jean-Marie Tétart, la délégation s’est rendue à Poissy-sous-carrières en visite de la « matériau-thèque » à la Fabrique 21, le premier pôle de l’écoconstruction en Ile-de-France. Pour le tourisme au Congo, la construction des lodges, la gestion du bois ou la diminution de la consommation d'énergie, la délégation a trouvé quelques éléments de réponses pour les projets de rénovation et/ou de construction neuve traditionnelle et bois.

« Nous allons également visiter d'autres sites du style de ceux que nous venons de découvrir, pour nous en inspirer et reproduire ces applications chez nous. Avant nous, le Togo et le Bénin les ont expérimentées. Cela est possible aussi au Congo. », a précisé Annick Mongo.

Source: www.adiac-congo.com

Thierry Roland Simen


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.