Développement local : le Fonds d’initiatives départementales lancé au Gabon

Publié le 25/04/2018 | Maxwell Lewis Baboula

Gabon

Doté d’une enveloppe d’un milliard de francs CFA pour chacun des 48 départements du Gabon, le FID a pour vocation, résoudre la question de la «fracture territoriale» que connait le pays.

L’annonce de la création de la structure a été faite le 31 décembre 2017 par le chef de l’Etat, Ali Bongo. C’était lors de son traditionnel discours de fin d’année. En liste parmi les mesures prioritaires à mettre sur pied pour un développement harmonieux du Gabon, le Fonds d’Initiatives départementales (FID) a été officiellement lancé le 21 avril à Franceville, dans la province du Haut- Ogooué. Etaient présents à cette cérémonie, des gouverneurs de toutes les provinces du pays et tous les chefs des départements. Le président de la République a veillé au démarrage de ce fonds qui selon lui  doit permettre un «développement harmonieux, équitablement réparti du pays».

Selon Ali Bongo, «les leçons du passé doivent être tirées. Jusqu’ici, les fonds affectés au développement des provinces, notamment lors des Fêtes tournantes et des tournées républicaines du chef de l’Etat n’ont pas rencontré les résultats escomptés». Un échec du  à «la gestion subjective et calamiteuse par les leaders politiques provinciaux qui, dans bien des cas, ne se sont jamais souciés des vraies préoccupations et besoins des populations locales…». Ce qui, poursuit-il, «a nui au développement de plusieurs localités du pays».

L’initiative se projette ainsi dans la promotion du développement à la base, à travers le financement de projets communautaires. Le FID est doté d’une enveloppe d’un milliard de francs CFA pour chacun des 48 départements du Gabon. Pour Ali Bongo, les besoins des populations nécessitent une action publique efficace, avec des projets au plus près des Gabonais et mieux adaptés à leurs attentes.

Le Fonds permettra l’installation des entreprises dans toutes les localités du pays et la création d’emplois, selon le chef de l’Etat. «C’est désormais autour de ce mécanisme innovant que se dessine l’action publique qui doit contribuer au développement socio-économique du pays. Les jeunes Gabonais ne doivent pas avoir pour seule perspective de rejoindre Libreville ou Port-Gentil pour y travailler et faire carrière. Ils devront demain pouvoir le faire dans bien d’autres endroits de notre pays. C’est cela ma vision du développement du Gabon pour les nouvelles générations»  a-t-il expliqué.

Le président Gabonais a tenu à rappeler que l’enveloppe du FID n’est guère alloué à la réfection ou à la construction des bâtiments administratifs ni à l’achat des véhicules de service. Il a personnellement mis en garde les uns et les autres, qu’ils tomberont dans les filets de la Mamba, l’opération anticorruption du pays, en cas de dérapage.

Ce sont les gouverneurs de province qui gèrent le Fonds. Cependant, pour qu’un  projet bénéficie d’un financement, il devra au préalable être soumis à une sélection à la base, être validé par le préfet, le gouverneur et une commission mise en place à cet effet, avant d’être confirmé par le premier ministre et le chef de l’Etat.

Source: www.villesetcommunes.info

Maxwell Lewis Baboula


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.