Généraliser la réciprocité dans le volontariat international pour répondre aux enjeux de la mobilité croisée

France, Niger

Au lendemain du discours du Président de la République française, Emmanuel Macron, à Ouagadougou, France Volontaires rappelle toute l’importance d’agir en coopération multilatérale pour généraliser le principe de réciprocité dans le volontariat international.

La réciprocité, en permettant l’accueil de volontaires internationaux, notamment en France et en Europe, constitue une réponse toute adaptée aux enjeux de la mobilité croisée évoquée par Emmanuel Macron hier. Elle est un principe d’action clé pour permettre aux citoyens des deux continents de s’engager et donner corps à une évidence, celle que nos jeunesses ont « l’émancipation en partage ».

Généraliser le principe de réciprocité dans le volontariat international a été au cœur de la deuxième rencontre du Collectif des acteurs du volontariat international de réciprocité qui s’est tenue à Niamey (Niger) du 21 au 23 novembre derniers.

Initié par France Volontaires, ce Collectif réunit à ce jour 48 organisations, convaincues que la dimension internationale de l’engagement des jeunes doit être encouragée et portée, notamment par un renforcement de la coopération multilatérale et des mobilités croisées. Pour la seconde rencontre du collectif, les acteurs du secteur (organisations nationales et internationales de volontariat, associations d’envoi ou d’accueil, agences de développement) se réunissaient à Niamey, sous le Haut Patronage de Son Excellence Monsieur BRIGI RAFINI, premier Ministre de la République du Niger. 

L’ampleur prise par cette seconde rencontre illustre la pertinence du sujet et la dynamique désormais incontournable du principe de réciprocité dans le volontariat international : une centaine d’acteurs, provenant de 22 pays, se sont réunis autour de la table, pour dessiner les grandes lignes d’une stratégie ambitieuse et adopter la Déclaration de Niamey. 

Pour franchir une nouvelle étape, trois objectifs principaux structurent cette stratégie :

  • élargir son assise en mobilisant des acteurs engagés de tous les continents (Asie, Amérique Latine-Caraïbes, Afrique et Europe) ;
  • consolider la coopération multilatérale pour le développement d’un volontariat international basé sur des échanges réciproques ;
  • mobiliser des investissements à la hauteur de l’enjeu.

Dans un monde où le vivre ensemble est un défi pour toutes les sociétés, le développement de la réciprocité des engagements est une nécessité. Le volontariat est reconnu par les Nations Unies comme un levier puissant et transversal de mise en œuvre des 17 Objectifs du Développement Durable (ODD). Pour s’inscrire pleinement dans la philosophie de l’Agenda 2030 et son caractère inclusif et universel, le développement du volontariat doit reposer notamment sur la généralisation du principe de réciprocité en permettant aux jeunes d’un pays qui accueille des volontaires de s’engager eux-aussi dans le pays partenaire d’envoi, en s’investissant dans des projets de solidarité.

La rencontre de Niamey a été organisée par l’Agence Nigérienne de Volontariat pour le Développement (ANVD), l’Agence Nationale du Volontariat au Togo, la fondation équatorienne VASE (Voluntariado para la Ayuda Social del Ecuador), France Volontaires, opérateur du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, le Programme des Volontaires des Nations Unies. Elle a reçu le soutien financier de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports de la Francophonie (CONFEJES), de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale du Niger, le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, l’Organisation Internationale de la Francophonie et le Programme des Nations Unies pour le Développement.

Source : www.france-volontaires.org


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.