Clôture de SHARAKA : retour sur un modèle de coopération en matière de migration et de mobilité

Maroc

Dans le cadre du Partenariat pour la mobilité entre le Maroc et l’UE signé en 2013, SHARAKA a accompagné pendant un peu plus de 3 ans les institutions marocaines dans la mise en œuvre de leur Nouvelle Politique Migratoire.

Le séminaire de clôture de SHARAKA, qui s'est déroulé les 15 et 16 novembre à Rabat, a été l’occasion de revenir sur le travail accompli tout au long du projet, qui représente un modèle innovant de coopération en matière de migration, de mobilité et de développement.

Une démarche partenariale innovante

A la fois pays d’origine, pays d’accueil et pays de transit, le Maroc est au cœur des enjeux de migration, mobilité et développement, et joue un rôle pivot entre Europe et Afrique en la matière. Le projet SHARAKA a été mis en place dans ce cadre, sur financement de l'UE, de la France et des Pays-Bas, avec pour ambition d’accompagner les institutions marocaines sur quatre thématiques :

  • Mobilisation des compétences des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le développement du Maroc ;
  • Intégration professionnelle des immigrés régularisés au Maroc ;
  • Soutien à la migration légale des travailleurs marocains en Europe ;
  • Accompagnement à la réintégration des citoyens marocains de retour au Maroc.

Les échanges d’expériences et de compétences entre administrations européennes et marocaines ont été placés au cœur de SHARAKA ; Expertise France, responsable de la coordination du projet, a mobilisé l’expertise publique des 7 Etats membres partenaires en réponse aux besoins des institutions marocaines impliquées – le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration (MCMREAM) et l’Agence nationale pour l’emploi et la promotion des compétences (ANAPEC).

Privilégiant le dialogue entre pairs et l’association des acteurs sur le terrain, SHARAKA repose donc sur une démarche innovante en matière de coopération technique internationale sur la thématique des migrations.  

De nouvelles dynamiques à étendre et pérenniser

Une série de livrables élaborés dans le cadre de SHARAKA a permis d’appuyer de façon concrète la mise en œuvre de la stratégie migratoire marocaine. Une cartographie recense par exemple les différentes actions Migrations & Développement au Maroc, tandis qu’une autre s’est penchée sur les caractéristiques des MRE en Europe, dans le but de mieux mobiliser leurs compétences. Toutes deux ont été conçues pour être des outils d’orientation des politiques publiques marocaines.

Parmi les autres initiatives emblématiques, on retrouve le programme PRIMO, mis en place dans l’Oriental, une région historique d’émigration ; projet pilote, il a accompagné la régionalisation de la politique migratoire souhaitée par les autorités marocaines.

SHARAKA a donc permis de dessiner de nouvelles perspectives en matière de mobilisation des diasporas, d’intégration des migrants, de réintégration des citoyens de retour, et de soutien à la migration légale. Pour Gilles Cressan, chef du projet, l’un des principaux apports de SHARAKA aura été d’être précurseur pour de nouvelles coopérations, tant au Maroc que dans d’autres pays de la région – tels que la Tunisie, où Expertise France met actuellement en œuvre le projet Lemma en partenariat avec l’OFII, sur financement de l’UE.

Source : www.expertisefrance.fr


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.