Algérie/Pays-Bas: lancement d'un projet de coopération entre les Cours des comptes des deux pays

Algérie, Pays-Bas

Un projet de coopération a été lancé mercredi à Alger par la Cour des comptes algérienne et celle des Pays-Bas pour renforcer les capacités professionnelles de cette institution algérienne de contrôle des finances publiques et promouvoir la bonne gouvernance.

Ce projet est financé à hauteur de 594.350 euros par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas dans le cadre de son programme "Sharaka".
En plus du volet bilatéral, le programme "Sharaka" comprend un volet multilatéral de coopération plus large entre la Cour des comptes des Pays-Bas (NCA) et un certain nombre d'institutions supérieures de contrôle des finances publiques dans la région arabe.

Ce volet concerne l'intégrité au sein des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (ISC) par la mise en œuvre du programme "Autoévaluation de l'intégrité" (INTOSAINT) développé par la NCA et adopté par l'Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (INTOSAI ainsi que l'évaluation de la préparation de ces pays à la mise en £uvre des objectifs du développement durable à l'horizon 2030 adoptés par l'ONU.

La cérémonie de lancement officiel de cette coopération algéro-néerlandaise s'est tenue en présence du président de la Cour des comptes, M. Abdelkader Benmarouf, de la vice-présidente de la Cour des comptes néerlandaise, Mme Francine Giskes, et de l'ambassadeur des Pays-Bas, M. Robert Van Embden.

Lors de cette cérémonie, M. Benmarouf a indiqué que l'objectif de cette coopération visait l'échange de connaissances et d'expériences entre les deux institutions, soulignant que cette coopération permettrait à la Cour des comptes algérienne de consolider son expertise en matière notamment d'audit de performance et d'audit des technologies de l'information.

Il a indiqué à cet effet que la Cour des comptes algérienne est déterminée à réussir ce projet et à tirer profit de l'expérience hollandaise dans ce domaine pour développer et moderniser davantage sa méthode de travail afin d'assurer son efficacité à long terme.

M. Benmarouf a ajouté que l'institution qu'il dirige avait préparé un guide d'éthique servant de référence dans la profession. Pour sa part, Mme Giskes s'est félicitée de cette coopération qui vise à améliorer l'efficacité des secteurs publics, tout en qualifiant cette coopération de "bénéfice mutuel".

Elle a indiqué que ce nouveau projet de coopération entre dans le cadre de la stratégie de développement des relations de la Cour des comptes avec les institutions homologues des autres pays, membres de l'Organisation internationale des institutions supérieures de contrôle des finances publiques (INTOSAI), et en droite ligne des besoins et des objectifs retenus par son Plan stratégique 2015-2018.

Mme Giskes a expliqué que ce plan stratégique visait à développer les capacités professionnelles de la Cour des comptes, à améliorer la qualité des activités de contrôle et à optimiser ses relations avec son environnement. De surcroît, elle a exprimé son souhait de renforcer davantage cette coopération et de contribuer au développement de la Cour des comptes algérienne. 

Source : maghrebemergent.com


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.