Coopération décentralisée : Brazzaville et l'ambassade France actualisent l’axe France-Congo

Congo, France

Le maire de la ville de Brazzaville, Christian Roger Okemba, a reçu en audience, le 26 septembre, Gilles Roussey, premier conseiller chargé d’affaires à l’ambassade de France au Congo. Au menu de cet entretien, les questions sur la coopération décentralisée, l’environnement, l’éducation scolaire et la circulation routière .

Les deux personnalités se sont par ailleurs remémoré la coopération décentralisée qui est un mode comprenant toutes les relations d'amitié, de jumelage ou de partenariat nouées entre les collectivités locales d'un pays et les collectivités, équivalentes ou non, d'autres pays. À ce sujet, ils ont échangé sur la coopération décentralisée entre la France et les Etats francophones en général et en particulier sur les accords de jumelage entre Brazzaville et Reims ainsi que le jumelage entre Brazzaville et Paris.

« Sur la coopération décentralisée, ils ont abordé la question des financements notamment l’intervention de Paris pour l’assainissement de la ville de Brazzaville », a conclu le conseiller politique du maire de Brazzaville, Abira Galebay.  

Pour rappel, l’accord de jumelage entre Reims et Brazzaville a été signé le 5 juillet 1961 entre Jean Taittinger, député-maire de Reims et Simon Bolombo, adjoint au maire, représentant le président Fulbert Youlou, maire de Brazzaville. Par contre Paris et Brazzaville sont liés par un pacte d’amitié et de coopération  signé par la maire de Paris, Anne Hidalgo et son homologue, Hugues Ngouélondélé, il y a deux ans. Ce pacte d’amitié et de coopération visait à renforcer leur relation notamment dans le secteur de la santé, de la gestion environnementale et des déchets ménagers. 

Sur le plan environnemental et écologique, les deux personnalités ont planché sur la question de l’érosion qui menace la Case De Gaule de Brazzaville.  

Au cours de cette audience, le maire a également échangé avec son invité sur le phénomène de l’occupation illégale des trottoirs par les commerçants non enregistrés, qui envahissent progressivement le centre-ville de Brazzaville. « Les commerçants qui œuvrent dans le secteur informel ont occupé la devanture du lycée Saint-Exupéry de Brazzaville. Ces vendeurs empêchent le stationnement, aux heures appropriées, des voitures de parents qui viennent retirer leurs enfants à l’école. Il a sollicité aussi la faveur du maire pour délocaliser l'arrêt de bus situé à côté de l'Institut français du Congo », a ajouté Abira Galebay.

Source : www.adiac-congo.com


Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié après validation.